Un Peu plus sur l'Intégrale "Bon Anniversaire Monsieur Chopin"

UN PEU PLUS SUR L'INTÉGRALE

« BON ANNIVERSAIRE MONSIEUR CHOPIN ! » /

 

À l'occasion de la célébration, en 2010, du bicentenaire de la naissance de Frédéric Chopin, l'association « Musique au Pays de Georges Sand », présidée par Alain Duault et « la Société Chopin à Paris », présidée par Antoine Paszkiewicz, ont souhaité s'unir pour proposer une intégrale chronologique de l'oeuvre pour piano du grand compositeur.

 

Cet évènement, intitulé « Bon anniversaire, Monsieur Chopin ! » se déroulera les 27 et 28 février 2010.

 

Ce week-end musical a été conçu autour de trois thèmes :

L'unité de temps : l'intégrale de Chopin pour piano en 15 heures

L'idée est de mettre en évidence la concision et la profondeur d'une oeuvre novatrice.

Dix récitals de moins de 90 minutes associeront images, textes et musique.

L'ouverture dans l'espace : de Nohant à Paris

 

Associer les deux lieux de création et de vie de Chopin en France : l'inspiration des étés champêtres à Nohant en Berry (Indre) propices à la composition et le prestige des salons Pleyel à Paris comme écrin ultime d'une musique romantique.

 

Les concerts du 27 février se dérouleront au Tarmac à Châteauroux et ceux du 28 à la Salle Pleyel à Paris.

La transmission aux générations futures :

Faire que l'expérience des anciens soit le socle sur lequel les plus jeunes appuieront leur admiration pour Chopin. La musique de Chopin a toujours séduit les plus grands pianistes et s'est toujours transmise de maîtres en jeunes prodiges.

 

C'est cette démarche de transmission unique qu'il nous semble important de faire perdurer. Elle est le moteur de l'aura éternelle de l'oeuvre du compositeur. Dix « parrains », parmi les pianistes les plus chopiniens invités régulièrement par le Festival Chopin à Paris et celui de Nohant, parraineront au cours des dix récitals de ce week-end musical trente artistes confirmés et une vingtaine de jeunes espoirs.

Les 20 jeunes espoirs, âgés de 8 à 19 ans recommandés par les Conservatoires à Rayonnement Régional de Lille, Strasbourg, Marseille, Dijon, Rennes, Boulogne, Paris, Montpellier ainsi que par le conservatoire de Châteuroux ont été préselectionnés en vue de participer à cet événement.

 

Ils seront auditionnés le samedi 12 décembre 2009 à 14h au CRR de Paris - 14 rue de Madrid Paris 8ème - par un comité artistique réunissant le directeur du conservatoire de Châteauroux, les directeurs artistiques de la Société Chopin à Paris et de Musique au Pays de George Sand, un journaliste de la presse musicale, et deux pianistes parmi les parrains participant aux concerts des 27/28 février.

À l'issue de cette audition, la liste définitive des participants sera dévoilée ainsi que le programme qu'ils joueront pour cette intégrale en février prochain.

 

Chaque programme révèle une partie de la vie de Chopin et la succession de ces programmes vous permet de découvrir de façon chronologique la vie du plus grand des romantiques dans son intégralité et toute sa force.

À cet événement exceptionnel qui réunit 60 pianistes de toute génération, se joindront les voix de Brigitte FOSSEY et Pierre ARDITI.

 

Ce spectacle est total et évoque la vie de Chopin au travers de toute sa musique pour piano. Il sera capté par la télévision.

 

INTEGRALE DE L'OEUVRE DE CHOPIN POUR PIANO SEUL

Découvrez les 10 séquences par ordre chronologique et les 10 épisodes de la vie de Chopin auxquelles elles correspondent.

 

TARMAC À CHATEAUROUX                                            Samedi 27 février 2010 de 10h à minuit

 

12h30 / Programme 2 : de 1828 à 1830 Parrain : Jean-Marc LUISADA

15h / Programme 3 : de 1830 à 1832 Parrain : Laurent CABASSO

17h30 / Programme 4 : de 1832 à 1835 Parrain : Jean-Claude PENNETIER

20h / Programme 5 : de 1835 à 1837 Parrain : Dominique MERLET

22h30 / Programme 6 : de 1837 à 1839 Parrain : Georges PLUDERMACHER

 

SALLE PLEYEL À PARIS                                                  Dimanche 28 février 2010 de 14h à 23h

 

14h / Programme 7 : de 1838 à 1839 Parrain : Marc LAFORET

17h / Programme 8 : de 1839 à 1841 Parrain : Bruno RIGUTTO

20h / Programme 9 : de 1841 à 1846 Parrain : Brigitte ENGERER

Entracte / Programme 10 : de 1844 à 1849 Parrain : Yves HENRY

 

 

TARMAC À CHATEAUROUX                                               Samedi 27 février 2010 à 10h

10h / Programme 1 : 1817-1828 Parrain : Abdel Rahman EL BACHA

 

Chopin a sept ans quand il compose et publie sa première composition : la Polonaise en sol mineur. Adolescent, il compose sous le contrôle de ses professeurs et modèles (Weber, Hummel…), sous la pression d'une aristocratie qu'il veut séduire. Polonaises, mazurkas, rondos, variations, valses, une scolaire marche funèbre qui voisine avec un premier et admirable nocturne, marquent l'entrée du jeune compositeur dans le monde musical.

Polonaise en sol mineur, Polonaise en si bémol majeur KK IV a/1, Polonaise en la bémol majeur KK IV a/2, Polonaise en sol dièse mineur, Mazurka en la bémol majeur (1ère version de l'opus 7 n°4), Rondeau en ut mineur opus 1, Mazurka en sol majeur KK II a/2, Mazurka en si bémol majeur KK II a/3, Polonaise en si bémol mineur, Variations en mi majeur sur l'air « Der Schweizerbub », Mazurka en la mineur opus 68 n°2, Rondeau « à la Mazur » en fa majeur opus 5, Polonaise en ré mineur opus 71 n°1, Trois Écossaises opus 72 n°3, Contredanse en sol bémol majeur, Valse en la bémol majeur KK IV a/13, Marche funèbre en ut mineur opus 72 n°2, Nocturne en mi mineur opus 72 n°1, Valse en mi bémol majeur KK IV a/14, Polonaise en si bémol majeur opus 71 n°2.

 

TARMAC À CHATEAUROUX                                                    Samedi 27 février 2010 à 12h30

12h30 / Programme 2 : 1828 à 1830 Parrain : Jean-Marc LUISADA

 

Les compositeurs-pianistes de cette époque affectionnaient la pièce brève. Ils charmaient la société mondaine par leur mélodie, fascinaient par leur virtuosité. Mais les plus ambitieux souhaitaient prouver qu'ils avaient acquis le métier et prétendaient rivaliser avec leurs pairs dans des formes plus officielles. En ces temps où Beethoven et Schubert disparaissent, la sonate s'imposait comme incontournable. Réflexion faite, Chopin ne croira pas lui-même dans ce devoir d'école qu'il abandonnera. Les pépites de ce programme sont donc ailleurs.

Sonate n°1 en ut mineur opus 4, Rondeau en ut majeur opus 73, Polonaise en fa mineur opus 71 n°3, Mazurka en fa majeur opus 68 n°3, Mazurka en ré majeur KK IV a/7, Valse en si mineur opus 69 n°2, Polonaise en sol bémol majeur, Valse en ré bémol majeur opus 70 n°3, Mazurka en la mineur (1ère version de l'opus 7 n°2), Mazurka en ut majeur opus 68 n°1, Valse en mi majeur, Souvenir de Paganini en la majeur, Valse en mi mineur, Quatre Mazurkas opus 6, Andante spianato et Grande Polonaise Brillante en mi bémol majeur opus 22.

www.jeanmarcluisada.com

                                                                                       

 TARMAC À CHATEAUROUX                                                       Samedi 27 février 2010 à 15H

 

15h / Programme 3 : de 1830 à 1832 Parrain : Laurent CABASSO

 

La chute de Varsovie, le 18 septembre 1831, entraina Chopin à quitter définitivement sa Pologne natale pour s'installer à Paris. Révolution politique manquée – évolution esthétique réussie. Partagé entre le tumulte du monde extérieur et l'accablement de l'exilé solitaire, le génie se révèle. Nouvelle densité de l'écriture et de la pensée musicale, Chopin est devenu Chopin.

Nocturne en ut dièse mineur KK IV a/16, Cinq Mazurkas opus 7, Trois Nocturnes opus 9, Grande Valse Brillante en mi bémol majeur opus 18, Scherzo n°1 en si mineur opus 20, Rondeau en mi bémol majeur opus 16, Douze Études opus 10.

 

TARMAC À CHATEAUROUX                                                       Samedi 27 février 2010 à 17h30

17h30 / Programme 4 : de 1832 à 1835 Parrain : Jean-Claude PENNETIER

 

Après Varsovie, Vienne, Berlin… Chopin doit à 22 ans conquérir la capitale musicale de l'Europe : Paris. La Première Ballade op. 23 révèle à quel niveau se place l'ambition du compositeur-narrateur. Il compose pour tous les goûts : valses et variations brillantes, élégantes Mazurkas opus 17 et 24 qui soulignent la nostalgie du pays natal, admirables Nocturnes opus 15 matière à nourrir la rêverie ou brillant Allegro de Concert.

Ballade n°1 en sol mineur opus 23, Mazurka en si bémol majeur KK II b/1, Valse en sol bémol majeur opus 70 n°1, Quatre Mazurkas opus 17, Mazurka en ré majeur KK IV b/2, Allegro de concert en la majeur opus 46, Variations brillantes en si bémol majeur opus 12, Trois Nocturnes opus 15, Mazurka en ut majeur KK IV b/3, Boléro en la mineur opus 19, Cantabile en si bémol majeur, Quatre Mazurkas opus 24.

 

TARMAC À CHATEAUROUX                                                          Samedi 27 février 2010 à 20h

20h / Programme 5 : de 1835 à 1837 Parrain : Dominique MERLET

 

Voyageur, Chopin rencontre Mendelssohn, Liszt, Schumann… Il trouve son style, un style loué par la critique comme par le public. La Fantaisie-Impromptu, inédite du vivant de Chopin, brille pourtant de tous ses feux alors que les deux Nocturnes opus 27 nous plongent dans l'obscurité d'une nuit romantique à la fois mystérieuse et fiévreuse. Les pyrotechniques Études opus 25 n'ont évidemment pas seulement les vertus d'une démonstration de virtuosité, elles présentent le condensé d'un style désormais parfaitement maîtrisé et abouti.

Mazurka en la bémol majeur KK IV b/4, Prélude « Presto con Leggierezza » (Prélude) en la bémol majeur, Mazurka en ut majeur opus 67 n°3, Mazurka en sol majeur opus 67 n°1, Fantaisie-Impromptu en ut dièse mineur opus 66, Valse en la bémol majeur opus 69 n°1, Deux Polonaises opus 26, Deux Nocturnes opus 27, Quatre Mazurkas opus 30, Largo en mi bémol majeur, Variation sur un air de Bellini en mi majeur « Hexameron », Douze Études opus 25.

 

TARMAC À CHATEAUROUX                                                          Samedi 27 février 2010 à 22h30

22h30 / Programme 6 : de 1837 à 1839 Parrain : Georges PLUDERMACHER

 

Quel programme ! Est-ce la présence de George Sand, à partir de juin 1838, qui transfigure notre musicien ? On est tenté de voir dans les Préludes, en partie composés à Majorque, l'éventail des sentiments qui ont habité Chopin en cette période où l'Enfer côtoie le Paradis. Prélude à quoi ? À une fugue des deux amants, au silence… À une période d'une extraordinaire créativité, sûrement.

Deux Nocturnes opus 32, Impromptu n°1 en la bémol majeur opus 29, Scherzo n°2 en si bémol mineur opus 31, Quatre Mazurkas opus 33, Nocturne en ut mineur KK IV b/8, Vingt-quatre Préludes opus 28, Trois Valses opus 34. www.pludermacher.org

 

SALLE PLEYEL À PARIS                                                                Dimanche 28 février 2010 à 14h

14h / Programme 7 : de 1838 à 1839 Parrain : Marc LAFORET

 

Œuvres de la maturité d'un homme épanoui, ouvert sur le monde extérieur. Alors que les Polonaises op. 40, la Deuxième Ballade, le Troisième Scherzo, la Mazurka en mi mineur de l'op. 41 ont été pensés à Valldemosa, le méditatif Nocturne op. 37 n°1 est probablement la première oeuvre écrite à Nohant. Énergie éclatante et fière de la Polonaise op. 44, vitalité de la Sonate n°2 (oeuvre maîtresse de l'été 39 pour trois de ses mouvements), l'air de Nohant réussit à notre parisien.

Deux Polonaises opus 40, Ballade n°2 en fa majeur opus 38, Quatre Mazurkas opus 41, Scherzo n°3 en ut dièse mineur opus 39, Deux Nocturnes opus 37, Sonate n°2 en si bémol mineur (funèbre) opus 35, Trois Nouvelles Études op. posthume, Valse en la bémol majeur opus 42, Polonaise en fa dièse mineur opus 44.

 

SALLE PLEYEL À PARIS                                                                Dimanche 28 février 2010 à 17h

17h / Programme 8 : de 1839 à 1841 Parrain : Bruno RIGUTTO

 

On a trop vu dans Chopin le malade souffreteux, l'émigré gémissant, le romantique dépressif. Ce programme est un violent démenti à ce préjugé tenace tant il reflète la « santé » de Chopin en cette période. Bonheur équilibré, insouciance jubilatoire, Chopin n'a jamais paru aussi libre, serein, sûr de lui-même comme homme et de son langage comme artiste.

Impromptu n°2 en fa dièse majeur opus 36, Mazurka en la mineur KK II b/4, Sostenuto (Valse) en mi bémol majeur, Valse en fa mineur opus 70 n°2, Tarentelle en la bémol majeur opus 43, Prélude en ut dièse mineur opus 45, Ballade n°3 en la bémol majeur opus 47, Deux Nocturnes opus 48, Mazurka en la mineur KK II b/5 , Fugue en la mineur, Fantaisie en fa mineur opus 49, Trois Mazurkas opus 50, Impromptu n°3 en sol bémol majeur opus 51, Polonaise en la bémol majeur opus 53.

 

SALLE PLEYEL À PARIS                                                                    Dimanche 28 février 20h

(double récital avec entracte)

1ère partie

20h / Programme 9 : de 1841 à 1846 Marraine : Brigitte ENGERER

 

Après le programme précédent, on peut penser que le compositeur est parvenu à son apogée. Peut-il aller encore plus loin ? L'évolution dans la richesse du langage (modulations, harmonies) dans une écriture au contrepoint de plus en plus serré le prouve. Ce qui était le meilleur de Chopin devient cette fois, le chef-d'oeuvre de la littérature pianistique.

Ballade n°4 en fa mineur opus 52, Scherzo n°4 en mi majeur opus 54, Deux Nocturnes opus 55, Moderato (Feuille d'Album) en mi majeur, Valse en la mineur KK IV b/11, Trois Mazurkas opus 56, Berceuse en ré bémol majeur opus 57, Trois Mazurkas opus 59 B. 157, Barcarolle en fa dièse majeur opus 60.

 

2 ème partie

20h / Programme 10 : de 1844 à 1849 Parrain : Yves HENRY

 

Ultimes compositions dominées par l'ardente Troisième Sonate de l'été 1844. Quoi de plus construits, de plus aboutis, de plus équilibrés que ces quatre mouvements où le piano sait tout traduire, successivement l'épopée, la joie, la sérénité, l'exaltation. Mais voici que les premières mesures de la Polonaise-Fantaisie paraissent empruntes de doute. La musique se cherche alors que derrière la fantaisie s'organise un discours d'une parfaite cohérence. Les Deux Nocturnes opus 62 sont parmi les plus beaux mais ils ne se livrent pas à la première écoute tant le contrepoint a gagné en densité et le style en dépouillement. On y perçoit de la résignation. Alors, après ces beautés, les dernières Mazurkas paraissent marquer un retour en arrière. Il faudrait être bien malin pour entendre dans les Valses opus 64 un cahier testamentaire. En revanche, quelle douleur secrète dans le chromatisme torturé de l'ultime Mazurka ! Pièce inachevée d'un malade qui, une fois encore mais la dernière, revient à ses racines.

Sonate n°3 en si mineur opus 58, Polonaise-Fantaisie en la bémol majeur opus 61, Deux Nocturnes opus 62, Trois Mazurkas opus 63, Galop Marquis en la bémol majeur, Trois Valses opus 64, Mazurka en la mineur opus 67 n°4, Mazurka en sol mineur opus 67 n°2, Mazurka en fa mineur opus 68 n°4 (d'après l'esquisse manuscrite)

 



14/01/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres