Un Peu plus sur le Pays de George Sand

UN PEU PLUS SURLE PAYS DE GEORGE SAND /

 

Frédéric Chopin aurait eu deux cents ans cette année. Quelle belle occasion que cet anniversaire pour écouter ou réécouter tant de belles mélodies au piano ! Pour ce que cet exceptionnel pianiste nous a laissé en héritage, comme préludes, nocturnes, mazurkas, polonaises, sonates ou autres valses… la Ville de Châteauroux se devait de lui rendre hommage en prêtant main forte à l'organisation du plus grand concert jamais imaginé.

 

La municipalité souhaite en effet, par cet engagement, démontrer à tous que la musique classique n'est pas un genre élitiste. Le Tarmac, grande salle multiactivités moderne et modulable, sera ainsi pour la première fois le théâtre d'une manifestation de ce que l'on appelle communément la « grande musique », preuve de sa capacité à accueillir tous les types de représentations. Pour l'occasion et pour que chacun puisse profiter de cet anniversaire, l'entrée y sera gratuite, la culture devant être accessible à tous.

 

À Châteauroux, existent depuis huit ans déjà les Rencontres Internationales Franz Liszt, en mémoire du compositeur romantique hongrois, ami cher à Chopin et à George Sand. Le pianiste polonais et la Dame de Nohant ont été des amants passionnés, vivant leurs amours tumultueuses en Berry et à Paris.

Quoi de plus naturel alors, que de filer cette métaphore musicale en débutant l'hommage à Chopin au Tarmac pour un grand concert gratuit avant de le terminer à Paris, à Pleyel, la plus belle salle de musique classique de France, en hommage au salon de Camille Pleyel où il donna son dernier concert en 1848 ?

 

Je convie tous les amoureux de l'oeuvre de Chopin, ainsi que tous les amateurs de grande musique et les béotiens en la matière, à venir applaudir les soixante pianistes les plus doués de ces dernières générations.

Ce moment unique au monde et unique dans le temps (quinze heures de concert et l'ensemble de son oeuvre jouée pour la première fois en entier au cours d'une même manifestation) mérite que l'on s'y attarde, même si l'on n'est pas un spécialiste. On ne peut en ressortir qu'enrichi, le coeur joyeux et la tête pleine de mélodies toutes plus enivrantes les unes que les autres.

 

En 1837, George Sand écrivit à Marie d'Agoult : « Dites à ce Chopin que je l'idolâtre. » Je suis sûr qu'après ce moment extraordinaire, nos avis seront encore plus en accord avec le sien.

Et comme l'a dit Franz Liszt au sujet d'un des concerts du génie polonais en 1841 : « (…) celui que l'on attendait, que l'on voulait voir, entendre, admirer, applaudir, ce n'était pas seulement un virtuose habile, un pianiste expert dans l'art de faire des notes ; ce n'était pas seulement un artiste de grand renom, c'était tout cela et plus que tout cela, c'était Chopin ! »

 

Alors, ne boudons pas notre plaisir, car je sais que tous les artistes qui se succéderont le 27 février 2010 au Tarmac et le 28 février à Pleyel sauront faire renaître l'âme du plus grand pianiste de tous les temps.

Jean-François Mayet, Sénateur de l'Indre – Maire de Châteauroux



14/01/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres